Marigny et le clochard

20,00

Ce huitième roman policier comtois, Marigny et le clochard, commence par le décès de l’un des personnages les plus pittoresques de Guy-Louis Anguenot. Mais de cet événement douloureux naît une nouvelle enquête palpitante… qui est l’inconnu des bords du Doubs ? Dans la chaleur du gîte aux arômes subtils de tabac blond, de morilles et de gentiane, elle nous est racontée par un Marigny que la maladie, avec ses stages répétés en hôpital, a fragilisé.

Catégorie :

<< C’était en 1964. Le 23 avril, un jeudi… On a retrouvé un cadavre sur les berges du Doubs à la sortie de Morteau, direction Remonot… le corps d’un homme étendu sur le dos, œil gauche au beurre noir, barbe abondante et cheveux hirsutes et sales… veste noire aux manches élimées et pantalon taché de partout, chaussures ayant déjà beaucoup marché…
– Un clochard, à tous les coups, a osé timidement Grisot, l’adjoint de Marigny. >>

Ce huitième roman policier comtois, Marigny et le clochard, commence par le décès de l’un des personnages les plus pittoresques de Guy-Louis Anguenot. Mais de cet événement douloureux naît une nouvelle enquête palpitante… qui est l’inconnu des bords du Doubs ? Dans la chaleur du gîte aux arômes subtils de tabac blond, de morilles et de gentiane, elle nous est racontée par un Marigny que la maladie, avec ses stages répétés en hôpital, a fragilisé.

Dans ce roman, Guy-Louis Anguenot donne la parole à ceux qui n’y ont pas droit ; c’est une sorte d’hommage qu’il rend à des gens à qui la société a tout confisqué : la parole, les droits, la dignité, la reconnaissance… voire leur humanité en les transformant en victimes, déshumanisées, sans abri; sans dignité, sans racines…

Ce nouvel ouvrage gorgé de talent, d’expérience, de culture, de douleurs aussi, comme l’est un beau fruit de soleil et de sucre, est à mes yeux l’un des plus réussis de Guy-Louis Anguenot.

ISBN

979-10-93295-35-0

Presse