Chroniques comtoises

18,00

Dans ses Chroniques comtoises, Guy-Louis Anguenot met en scène nos gens dans la simplicité de leur quotidien. Une certaine manière d’être tendre ou émouvant, naïf et malicieux tout à la fois… Une manière de vivre, de ressentir, de voir le monde, propre à ce milieu rural qui a tant compté dans la culture que nous ont transmise nos parents, grands-parents. Un livre tendre mais lucide qui, une fois de plus, va ravir ses lecteurs en parlant à leurs souvenirs, à leur mémoire affective et donc, à leur coeur…

Rupture de stock

Catégorie :

Résumé :
Dans ses Chroniques comtoises, Guy-Louis Anguenot met en scène nos gens dans la simplicité de leur quotidien.
Une certaine manière d’être tendre ou émouvant, naïf et malicieux tout à la fois… Une manière de vivre, de ressentir, de voir le monde, propre à ce milieu rural qui a tant compté dans la culture que nous ont transmise nos parents, grands-parents.
Les Chroniques comtoises se prêtent à tous les éclats de rire, à toutes les nostalgies, à toutes les émotions, comme l’avaient fait auparavant L’Armoire comtoise, les Nouvelles comtoises et les Mémoires, qui ont fait l’objet d’un grand nombre de rééditions…
Un livre tendre mais lucide qui, une fois de plus, va ravir ses lecteurs en parlant à leurs souvenirs, à leur mémoire affective et donc, à leur coeur…

Courts extraits :
« Pis, en plus, voilà-t-il pas qu’il a installé une trainée chez lui, le Gustave ? Une poule qu’a pas trente ans ! Une Ukrainienne, qu’on croit!…
Une blondasse qu’on sait même pas d’où elle relave!… Faut pas être bien fier, allez maître Versini, pour vivre à la colle comme ça, venir faire ses commissions à l’épicerie de la Berthe en tenant sa morue par la main, par-devant monsieur le curé qui reste en face!…
C’est ça qui l’a fait crever, le Gustave : c’est que ça consomme une fille de cet âge-là au lit ! Surtout avec l’entraînement qu’elle a, si elle en a eu fait son métier avant qu’il la garde pour lui tout seul!… »

ISBN

978-2-84601-732-9

Presse 1

Presse 2

Presse 3